Demonicon : Une bonne surprise

Sorti le 24 octobre, Demonicon à fait l’objet de previews et de critiques assez contrastées. N’en ayant strictement jamais entendu parler avant sa sortie je me suis lancé dans ce titre sans a priori.

Premières secondes de jeu

Moi qui apprécie de pouvoir choisir et customiser mon personnage, c’est un peu la douche froide. Le personnage est 100% imposé. Rien n’est paramétrable. Aucune distribution de points, aucun choix esthétique possible et vous devrez donc faire avec cette tête d’ahuri. (Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas fait mes propres captures, celle ci vient de ce site).

Demonicon_perso.jpg

Cette frustration s’envole rapidement devant un scénario plus intéressant que la moyenne. Vous apprenez rapidement que votre sœur (le genre combattante rebelle) est promise en mariage et que, pour y échapper, elle se serait enfuie accompagné d’un autre homme dans une ancienne grotte pleine de dangers. (Le mariage ne pouvant avoir lieu que si elle se présente vierge à l’autel…) On comprend assez rapidement que des choix devront être fait. Et qu’il ne s’agira pas de choisir entre le bien ou le mal, mais simplement de choisir la solution la moins pire. Car le monde est noir, le ton très mature. C’est un jeu pour adulte, un bon point.

Les combats

Moi qui n’ai jamais aimé les combats temps réels de Witcher (que ce soit le 1 ou le 2) je n’ai absolument aucun problème avec ceux de Demonicon alors qu’il y ressemblent un peu. En fonction du niveau de difficulté choisi, on aura à faire à un hack and slash basique ou un à quelque chose de beaucoup plus stratégique, ou il faudra parer et esquiver à bon escient. Du classique donc, mais qui fonctionne bien ici. Il sera bien sur possible de débloquer des coups spéciaux ou de nouveaux « dons » (pouvoirs magiques) au fur et à mesure de votre progression. Attention pour ceux qui voudraient tester avant l’achat, certains crack induisent de gros lag durant les combats qui deviennent alors totalement injouables et saccadés. Si vous rencontrez ce problème, celui ci devrait vous permettre de jouer dans de meilleurs conditions.

Les choses qui ne vont pas

Tout n’est pas parfait. Il y a des bugs graphiques (c’est assez étrange de discuter avec un gars qui ne ressemble à rien jusqu’à ce que les textures se charge, et qu’il s’affiche enfin convenablement) mais rien de vraiment gênant coté gameplay. Les sauvegardes automatiques vont certainement en énerver plus d’un, mais la aussi ce n’est finalement pas très gênant car elles sont suffisamment nombreuses. Surtout, il est possible de reprendre à la dernière, mais aussi à l’avant dernière, voir encore à la précédente. Ce que vous ferez certainement si comme moi vous tenez à voir ce qu’un choix différent à une étape provoque dans le chapitre suivant. Alors oui, il ne sera pas possible devant un piège évident de se dire « Je sauvegarde, et je marche dans le piège pour voir ce qui se passe ». Et bien non, comme dans la vraie vie, on ne fera pas ça. On ne marchera pas dans le piège (sous peine de mort) avant de l’avoir proprement désamorcé.

L’interface pourrait aussi être grandement améliorée. Clairement prévue pour console, elle limite donc les raccourcis (coups spéciaux, potions…) à 4, comme le nombre de boutons sur la croix directionnelle d’un pad. Sur PC il faudra donc se contenter de shift-1 à shift-4. Pas cool.

Celles qui vont bien

Parlons des autres aspects RPG. La feuille de personnage comporte 8 attributs, dont dépendent 16 compétences. Tout cela est améliorable séparément (augmenter l’attribut est plus cher mais cette augmentation fera évidement progresser les deux compétences liées). Globalement je les trouve assez intéressantes et bien utilisés. Augmenter sa perception par exemple fera apparaitre les pièges en surbrillance. On peut les voir sans cette compétence, mais c’est tout de même plus simple avec. Elle permet aussi de fouiller de nouvelles zones. Dans la vraie vie par exemple, personne ne s’amuserait à retourner tous les squelettes d’une catacombe. Et bien la c’est pareil. Sans perception, vous ne voyez rien et ne pouvez rien fouiller. Avec cette compétence, vous allez repérer qu’un des squelette dissimule quelque chose, et il apparaitra alors clairement comme « objet fouillable » . Simple et efficace.

Conclusion

Bien qu’il manque un peu de finition (graphiques…), ce jeu dispose d’un scénario adulte et intéressant. Si le gameplay des combats (nombreux mais ni trop rapides, ni trop « fouillis ») vous plait, alors il n’y a pas de raisons que vous n’accrochiez pas. Si vous trouvez les combats rébarbatifs, alors vous avez encore la possibilité de jouer en tapant dans le tas sans réfléchir, juste pour profiter de l’histoire et de l’ambiance du monde dans lequel on est plongé. Pour ma part, Demonicon à été la vraie bonne surprise du week end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.