Test de Sunrider « First Arrival »

Un jeu est libre et gratuit

Le lien permettant de récupérer les sources (git…) n’est pas simple à trouver, mais je l’avais vu dans un forum, donné par l’un des auteurs du jeu. Donc oui, c’est 100% libre. Je cite la page de présentation : « And best of all, Sunrider is free, open source, and completely DRM free! ». Pour le télécharger, le plus simple est d’utiliser steam, l’équipe de développement semblant privilégier ce support de distribution.

Financement

Ce jeu à été financé par kickstarter. Plus de 40.000 euros envoyés pour 3000 initialement demandés ! Il doit comporter 3 chapitres au total. Pour le moment, seul les deux premiers sont sortis mais vu la longueur d’un chapitre (je n’ai pas encore terminé le premier) il y a déjà vraiment de quoi faire…

Mais encore ?

Ca ressemble à quoi ? Basiquement il s’agit d’un jeu de stratégie (au tour par tour) spatial, faisant intervenir des vaisseaux spatiaux et des méchas. Si cela titille le geek qui est en vous, sachez que le fan service ne fait que commencer : Vous êtes le commandant (mâle) du vaisseau principal, et tous les pilotes et co-équipiers sont… des coéquipières, forcement toutes amoureuses de vous. Cela peut donner lieu à quelques scénettes rigolotes mais l’ambiance n’est pas toujours aussi légère, et peut rapidement basculer dans le vraiment tragique (dans le plus pur style animées/mangas).

Le gameplay

 

 

Entre chaque combat, il y a une phase de dialogues/choix qui fait avancer le scénario. C’est aussi le moment d’utiliser vos crédits pour augmenter les attributs de vos machines de guerre. Je n’ai malheureusement pas l’impression que les choix effectués changent grand chose au déroulement de l’histoire, mais certains donnent tout de même à réfléchir, car pas si facile à faire (Choix moraux etc). Globalement, le scénario se laisse suivre avec plaisir, et fera intervenir tous les clichés du genre : La fille solitaire et mystérieuse type Rei, la foldingue, l’énervée, la scientifique timide etc. Certaines ayant une psychologie plus travaillée comme l’une des adversaires dont on découvre progressivement le passé. Tout cela est plaisant même si ce n’est pas dans le scénario que se trouve l’intérêt du titre.

 

 

Il est donc temps d’aborder le principal, les combats. Chaque unité dispose d’une valeur d’armure (très efficace contre de nombreux tirs peu puissants, mais presque inutile contre un tir d’artillerie lourde ou de laser concentré), d’une valeur de bouclier (utile contre les lasers mais inefficace contre la matière), de FLAK (défenses anti missiles), et d’une capacité d’évasion (pour esquiver totalement les attaques). Il faut donc soigneusement choisir quelle arme utiliser en fonction de votre adversaire, de leur distance etc. L’aspect tactique est renforcée par les possibilités spécifiques de quelques méchas (buff de vos unités, suppression des défenses adverses etc).

Il existe aussi des « points de commandement » utilisable pour débloquer une « super attaque » ou pour augmenter les stats de toutes vos unités en attaque ou en défense. Chaque action d’attaque donne lieu à une mini cinématique qui, si elles n’ont graphiquement rien d’extraordinaires, permettent tout de même de rendre l’ensemble un peu plus dynamique. Cela permet surtout d’entendre les voix de vos héroïnes qui s’exprimeront en fonction de leur caractère. (A écouter absolument le « piou piou piou » que lannce Asaga en utilisant sa mitraillette laser…)

 

 

La customisation de vos unités joue un rôle très important et influencera grandement l’issu des affrontements. (Je vous conseil d’augmenter la valeur des FLAK…) Et ce n’est pas le choix qui manque ! Énergie consommée, puissance, précision de chaque attaque etc.

 

Non, ce jeu n’est pas un dating sim (en tout cas pas dans cette première partie). Cela n’a pas empêcher les développeurs d’intégrer une scène de plage (j’ai parlé du fan service ?)

 

Pour :

  • Un jeu libre et gratuit
  • Un scénario qui se laisse suivre
  • Un gameplay sympa et plutôt addictif
  • Une très bonne durée de jeu (et le second épisode vient de sortir)

Contre :

  • Des performances d’affichage assez désastreuses (utilisation du moteur renpy)
  • Pas de traduction française. Dommage car certaines scènes sont plutôt rigolotes 🙂

2 commentaires

  1. adrix121 Répondre

    Merci ! Même si je suis plutôt fps j’ai bien aimé, je viens d’y jouer 1h 30

    Hésite pas à partager d’autres jeux que tu trouves sympas 🙂

  2. hoper Répondre

    Désolé je suis pas trop FPS. Ou alors il faut vraiment que le scénario derrière soit en béton armé et que ce soit pas que de l’action quand même.

    Tu trouvera d’autres « tests » de jeu plus ou moins connus dans la catégorie « Test de jeu » (voir le menu du haut si tu l’avais raté). Et oui, je vais essayer de continuer de faire découvrir les trucs « moins connus » sur lesquels je tombe.

    Mais en ce moment, avec Wasteland 2, Original Sin, Grimrock 2 et tous les autres tueries RPG qui sortent, j’ai de plus en plus de mal à trouver un peu de temps 🙂

Répondre à hoper Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.