Serveur Weave Personnel

Quatre heures. Il m’aura fallu quatre bonne heures pour réussir à installer mon propre serveur weave. En effet, la possibilité de synchroniser tous les paramétrages de firefox sur différentes machines (favoris, mot de passes, onglets ouvert, historique…) est très intéressante, mais alors envoyer tout cela, toute notre vie privée en fait, sur les serveur de Google…!!? Il n’en était pas question une seule seconde. Vous devez absolument avoir une confiance absolue dans les administrateurs du serveur en question. Et je ne connais personne qui puisse se vanter de connaître personnellement tous les administrateurs de Google…

Bref, il est donc heureusement possible d’installer son propre serveur de synchronisation. Mais si vous voulez comme moi vous lancer dans l’aventure, sachez qu’il vous faudra :

  • Un serveur apache (un vhost spécifique pour weave est recommandé)
  • Un serveur mysql en parfait état de marche
  • Une autorité de certification (un certificat auto-signé fera l’affaire)
  • Un certificat pour le vhost de weave, signé par votre autorité.
  • Quelques heures de tranquillité devant vous !

Toute la partie « certificat » est nécessaire pour réaliser des connexions en https, Si vous ne mettez en place qu’un serveur purement local, sans aucun accès depuis l’extérieur, sans passer par du wifi etc, bref, si vraiment vous pensez qu’une connexion en http pure peut suffire, c’est possible. Mais globalement, je vous conseil vraiment de mettre en place de l’https. Cette page indique toute la procédure : http://www.linux-france.org/prj/edu/archinet/systeme/ch24s03.html

Créer une base de donnée « weave » avec un utilisateur « weave » disposant de tous les droits sur cette base (avec phpmyadmin cette opération se fait en deux clics a partir de la page d’ajout d’un utilisateur).

Une fois que la configuration apache et mysql sont faites, il reste donc à installer le serveur weave. Et la je vais vous éviter de tomber dans le même piège que moi. Ce n’est pas un produit qu’il faut installer, ni deux… Mais trois ou quatre ! Voici l’url qui vous permetra de télécharger tous les composants nécessaires : http://hg.mozilla.org/labs/

Télécharger les archives :

  • weaveserver
  • weaveserver-registration
  • weaveserver-sync
  • weaveserver-misc

J’ignore si cette dernière (misc) est vraiment nécessaire, mais dans le doute… Ensuite, vous allez devoir faire la même chose pour les quatre archives :

Décompression Lecture du fichier README (ou install je ne sais plus) ET SUIVRE SCRUPULEUSEMENT LES INDICATIONS QU’IL CONTIENT ! Vous devrez généralement lancer des commandes sql (pour la création des tables…), éditer des fichiers pour indiquer le login/mot de passe de la base de donnée, ou ajouter des alias dans la configuration du vhost… Prenez votre temps pour ne rien oublier.

Accessoirement il existe dans chaque package des scripts de tests. Je vous conseil de ne surtout pas en tenir compte. Vouloir les utiliser nécessitera de les éditer pour indiquer tous les bons paramètres, et leur utilisation ne vous apportera vraiment pas grand chose (aucune explication n’est fourni si quelque chose ne fonctionne pas correctement). La lecture des logs apache (logs dédié au vhost weave si possible) vous donneront de bien meilleurs informations…

Faite cela pour les quatre archives et si vous avez tout bien suivi, alors votre serveur devrait être opérationnel…

Enfin, installer le plugin weave sur votre poste client. Dans les paramètres, cliquer sur le bouton permettant de créer un nouveau compte. Un nouvel écran apparaît. Par défaut ce nouveau compte sera crée sur les serveur de google, mais il est possible de spécifier son propre serveur. Indiquer donc votre serveur local avec une url de la forme : https://mon-serveur-weave/ Vous devrez alors renseigner un mot de passe, et une phrase permettant le chiffrement des données. Surtout, ne perdez ni l’un ni l’autre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.