media center, la suite

3 semaines après l’installation de mon media center, il est temps de faire un petit point sur les avantages/inconvénients de la solution, et de détailler un peu la configuration logicielle. Commençons par LE raté.

 

Choix de la carte mère : Grosse erreur

La CM à bas prix que j’avais choisie ne supporte pas le « Wake on lan ». Pour un media center que l’on veut pouvoir allumer à partir d’une télécommande ou de son smartphone, forcément, c’est pas cool.  EDIT : Un grand merci à l’un de mes lecteurs qui m’a envoyé un petit message. Les cartes mères récentes disposent d’un paramètre dans la gestion d’énergie qui s’appelle « EUP 2013 ». Si cette option (permettant de faire des économies d’énergie) est activée, alors le WOL ne peut pas fonctionner. Plus de soucis désormais pour allumer le pc avec par exemple yatse sur le smartphone.

 

Un silence paradisiaque

Une fois le ventilateur de 50cm fourni dans le boitier déconnecté, l’ensemble, uniquement refroidit par la présence du Noctua, est 100% silencieux. Même à quelques cm du boitier, silence total. Un vrai bonheur. Quand au refroidissement il reste particulièrement efficace puisque la température du CPU ne dépasse pas 44°. Je reconnais que plus de 40€ pour un « petit » ventirad c’est pas donné, mais le résultat est absolument parfait.

 

Une configuration en dual boot ubuntu/openelec

Une fois l’installation d’ubuntu réalisé, il suffit de télécharger openelec (distribution minimaliste qui existe pour de nombreuses architectures et dont le rôle n’est que de lancer xbmc). EDIT : openelec n’est plus la ditribution à utiliser actuellement. Préférez son fork : Libreelec.

Décompressez l’archive. Dans le répertoire « target » vous trouverez deux fichiers ; KERNEL et SYSTEM. Copiez les deux fichiers dans la racine de votre système ubuntu. Il ne vous reste plus qu’a modifier la configuration de grub pour avoir un dual boot (avec un boot par défaut sur openelec/xbmc, c’est mieux)

 

Pas de freeplayer dans la pièce ? xbmc Kodi peut le faire aussi.

Vous voulez regarder nolife en direct et la freebox player n’est pas dans la bonne pièce ? Pas de soucis. Il suffit de suivre le guide. Personnellement j’ai hébergé la « playlist » des chaines directement sur la freebox serveur, dans un répertoire crée dans ce but, mais vous pouvez mettre cette liste des chaines auxquelles vous voulez avoir accès n’importe ou. Seul soucis, il n’est pour le moment pas possible avec IPTV Simple d’enregistrer les flux que l’on visionne en streaming. Apparemment ce plugin se contente grosso modo d’envoyer la bonne url à xbmc et le laisse se débrouiller. Et xbmc serait, à l’heure actuelle, incapable d’enregistrer ce type de flux. Wait and see.

 

C’est bien, mais on peut faire beaucoup mieux

Premier problème : la médiathèque. Stockée en clair dans la partition « storage » d’openelec, sans aucune possibilité de chiffrement. Pouah, caca boudin. Second problème : Si vous avez plusieurs media center chez vous, ce serait quand même infiniment mieux qu’ils partagent tous la même base non ? Pour que si vous regardez un épisode de game of throne dans le salon, le système de la chambre ne vous propose pas de regarder le même. Ou mieux, que si vous avez commencez un film dans le salon, vous puissiez rapidement le reprendre dans la chambre à l’endroit exact ou vous en étiez.

Pour résoudre ces deux soucis, il faut centraliser. Centraliser les fichiers, mais aussi et surtout centraliser la base de donnée. Une base qui par défaut est dans un fichier sqlite, et que vous allez devoir mettre dans une base mysql. La BDD est les fichiers devront bien évidement se trouver sur une troisième machine (serveur), ou votre NAS, ou votre raspberry pi, ou n’importe quoi qui tourne chez vous 24h/24.

Centraliser les fichiers

Concernant les fichiers, il existe plusieurs façon de procéder. On peut modifier grub pour lui indiquer directement un partage NFS pour la partition storage au lieu d’un emplacement local. Mais cela n’a pas toujours fonctionné dans mon cas. On peut réaliser des montages réseaux en éditant des fichiers spécifiques à openelec, mais de mon coté j’ai trouvé encore plus simple de créer le script de lancement : /storage/.config/autostart.sh et d’ajouter les commandes suivantes :

#!/bin/sh
mount -t nfs -o nolock 192.168.1.2:/partages/pc1/.xbmc /storage/.xbmc
mount -t nfs -o nolock 192.168.1.2:/partages/all/Thumbnails /storage/.xbmc/userdata/Thumbnails

Ces partages NFS peuvent physiquement reposer sur n’importe quoi, par exemple des volumes logiques chiffrés. Ici j’utilise deux partages distincts, un pour les données spécifiques de ce média center (répertoire .xbmc) et un qui est commun à tous les médiacenter (les coverts, pochettes etc).

Mise en place d’une base mysql

L’utilisation d’une base mysql est prévue mais ce n’est pas encore vraiment intégré à xbmc. Pour paramétrer ce genre ce chose, il faut créer le fichier : /storage/.xbmc/userdata/advancedsettings.xml, puis ajouter les lignes suivantes à l’intérieur (adaptez en fonction de votre configuration).

<advancedsettings>
  <videodatabase>
    <type>mysql</type>
    <host>192.168.1.2</host>
    <port>3306</port>
    <user>xbmc</user>
    <pass>********</pass>
  </videodatabase>
  <musicdatabase>
    <type>mysql</type>
    <host>192.168.1.2</host>
    <port>3306</port>
    <user>xbmc</user>
    <pass>*********</pass>
  </musicdatabase>
  <videolibrary>
    <importwatchedstate>true</importwatchedstate>
    <importresumepoint>true</importresumepoint>
  </videolibrary>
</advancedsettings>

Concernant la création de la base elle même, le plus simple et de suivre les instructions|] du wiki d’xbmc.

 

Conclusion

Pour avoir un truc vraiment joli, vraiment propre, bien customisé de partout, ça peut prendre un peu de temps. Mais au final je n’aurai passé que quelques heures sur la partie configuration. Ce qui m’a pris le plus de temps, c’est l’organisation des fichiers, la vérification des doublons, les renommages dans tous les sens pour que chaque films, chaque épisodes soient correctement identifiés du premier coup. Mais une fois que c’est fait, et à condition d’avoir chez soi un système audio/vidéo potable (son 5.1 et image correcte quoi), un média center c’est que du bonheur. En particulier avec openelec/xbmc qui est une distribution ultra stable (/ en lecture seule) hyper customisable, bourré de plugin divers et varié pour ajouter du fun à votre box. Quand à l’ergonomie, entre openelec pour le salon, et yunohost pour la partie serveur derrière, madame michue n’a plus aucune excuse pour ne plus avoir de l’informatique partout chez elle 🙂

5 commentaires

  1. Cascador Répondre

    Hello,

    « Premier problème : la médiathèque. Stockée en clair dans la partition « storage » d’openelec, sans aucune possibilité de chiffrement. » Quel est l’intérêt du chiffrement pour des musiques/vidéos ?

    Si ça peut servir :
    – Lent mais on est sûr que le fichier est identique. Il vérifie si la taille entre les 2 fichiers est identique et si oui il continue, il vérifie si la signature MD5 est identique et si oui il continue, enfin il vérifie si les fichiers correspondent bit à bit et si oui, ces sont des doublons, pas de cohérence dans le tri :
    fdupes -r /home/user
    – Rapide car il y a juste une vérification sur la taille du fichier, la sortie est triée par taille :
    find /home/user -type f -printf « %p – %s\n » | sort -nr -k3 | uniq -D -f1

    Tcho !

  2. hoper Répondre

    Salut,

    « Quel est l’intérêt du chiffrement pour des musiques/vidéos ? »

    Je sais pas moi… Peut être que tu n’a pas forcément envi que tout le monde sache que tu es porté sur les vidéos SM/pédophiles/zoophiles/nazis ? (rayer les mentions inutiles). Ou pire, peut être as tu téléchargé ILLÉGALEMENT le dernier disney et que, tant qu’a faire, tu préférai pouvoir faire un pied de nez au juge plutôt que de l’entendre te lister le contenu de ton disque en te rappelant que la contrefaçon c’est 3 ans de prison et 300.000 euros d’amende ?

    Bref, à partir du moment ou tu chiffre tes données, tu chiffre TOUTE tes données, musiques et vidéos comprises. Et je ne vois pas bien l’intérêt de chiffrer les fichiers si tu laisse une médiathèque en clair dans laquelle se trouve précisément l’ensemble de contenu, sa localisation etc.

    Pour la suite (vérifications des fichiers) j’avoue que je ne vois absolument pas le rapport avec le chiffrement.

  3. Cascador Répondre

    Pour la vérification des fichiers, ça n’avait aucun rapport avec le chiffrement, ça concernait les doublons.

    Concernant tes arguments sur le chiffrement, je n’y adhère pas du tout mais je te remercie de me les avoir exposé.

    Tcho !

  4. hoper Répondre

    @Cascador :

    Ah ok… Mais dans mon cas c’était un peu plus compliqué que ça.
    (vidéos identiques mais avec des qualités différentes etc).
    Bref, des fichiers redondants, mais absolument pas identiques.

    @Zenzla : Merci. Désolé pour PSES, je pense que je pourrai pas venir 🙁
    Bonne chance pour ta conf !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.