Mon premier Synology…

A la base, je sais faire, et j’aime tout contrôler

Ceux qui me suivent un peu savent que je suis passionné par les problématiques liés au stockage. Et comme j’adore ça, j’aime bien tout faire moi même. Pour être sur que sera parfaitement optimal etc. Raids logiciels, volumes logiques, chiffrement, supervision… J’ai déjà souvent parlé de tout cela sur ce blog.

Si on me demandai conseil pour installer un NAS un peu sérieux, je répondais généralement « Fait un peu de récupération (carte mère, cpu…), achète des disques neufs, et fait ton serveur toi même en utilisant des distributions linux généralistes (debian…) si tu veux apprendre plein de choses, ou spécifiquement adaptées (open mediavault…) si le but est d’avoir un truc qui fonctionne vite sans prise de tête.

Évidement j’ai tendance à oublier que des choses évidentes pour nous autres informaticiens (mettre une adresse ip à un équipement, se connecter à un serveur web avec son navigateur etc) ne le sont pas forcément pour tout le monde.

Bref, open mediavault à beau être simple à utiliser, il est évident que DSM (le système de synology) est beaucoup plus ergonomique, tout en offrant aussi aussi optionnellement plus de possibilités, via une liste de paquet optionnel déjà bien fournie.

J’ai donc découvert ce « DSM » (Disk Station Manager) en version 6.2 il y a quelques jours, et je dois dire que malgrès quelques couacs, j’aime beaucoup.

Un système graphique pour débutants, c’est forcément limité !

Alors oui, mais non. En mode graphique, DSM offre déjà pas mal de possibilités. Pour les autres, rien ne vous empêche de vous connecter en root sur le synology et de modifier tout ce que vous souhaitez. Et ça, c’est vraiment génial. Cela permet aussi de vraiment comprendre ce qui se passe à chaque étape de configuration, voir quelques fichiers ont étés modifiés, comment il organise le stockage etc. Bref, les systèmes Synology ont beau être simples à utiliser et très orientés « graphique clic clic », on peut sans soucis garder une maîtrise quasi complète du produit. (n’espérez tout de même pas installer n’importe quoi avec apt-get hein… Ça ne fonctionnera pas)

Techniquement, ça marche comment ?

Quand vous allumez votre synology pour la première fois, il va réaliser l’installation du système sur une partition de 2 ou 3 Go. Si vous avez mis plusieurs disques à l’intérieur, un raid sera automatiquement crée pour cela. (sur des partitions spécifiques). Voila le retour d’un uname -a sur le DS218j testé :

Linux syno-name 3.10.105 #24922 SMP Fri May 10 02:48:35 CST 2019 armv7l GNU/Linux synology_armada38x_ds218j

Lorsque vous créer un groupe de volume, le synology vous demande quel type de raid vous voulez utiliser entre raid1, raid10, raid5 ou SHR. Le mode SHR (que je vous recommande dans tous les cas) fait « au mieux ». Donc, avec un seul disque, le mode SHR fait en réalité un raid1 avec un seul disque (un device md), sur lequel il met un groupe de volume LVM. Alors oui, cela fait une couche « inutile » en plus, mais cela permettra, si vous ajoutez ensuite un second disque, de passer en raid1 à chaud sans la moindre modification. En fait, le mode SHR fait un peu ce que j’aurai fait moi même si j’avais tout fait avec amour à la main 🙂

NB : Si vous mettez plusieurs disques de capacités différentes, le syno fait juste n’importe quoi… Ce n’est pas un soucis, juste que vous devrez manuellement supprimer les volumes qu’il a crée pour les refaire correctement.

Des bugs ou anomalies ?

Oui… rsync en mode serveur ne fonctionne pas sans beaucoup de bricolage. (J’ai contourné en l’utilisant en mode « client »). On peut créer des comptes et se connecter en ssh au synology, mais l’interface graphique ne propose qu’une authentification par mot de passe. Si vous voulez utiliser une pair de clef, il va falloir le faire à la main. Pas de soucis si vous savez ce que vous avez à faire (copier votre clef dans authorized_keys etc). N’oubliez pas de mettre les bons droits sur le répertoire et sur la clef pour que cela puisse fonctionner:

sudo chmod 755 /volume1/homes/hoper /volume1/homes/hoper/.ssh
sudo chmod 600 /volume1/homes/hoper/.ssh/.autorized_keys

D’autres remarques ?

Alors oui, à puissance équivalente (cpu, ram…) acheter un synology est beaucoup plus cher que de faire un peu de récupération. Mais la qualité matérielle est la. L’interface est efficace, ça ne fait pas de bruit, ça marche bien, et avec encore moins de prises de tête qu’une distribution libre dédiée.  L’argent que Synology à gagné n’a pas servi qu’a enrichir les actionnaires, il y a vraiment eu du boulot de fait coté développement et conception.

La prochaine fois qu’on me posera la question d’un NAS je répondrai « Prend un synology ». Sauf bien sur si la personne est étudiant(e) en informatique, auquel cas elle devra faire « comme tout le monde » et mettre un peu les mains dans la cambouis :p

Ça coûte cher ?

Oui. Enfin pour deux, ou éventuellement quatre disques ça va encore. Mais au dessus… Je vous donne juste quelques exemples de prix car il existe vraiment beaucoup de modèles.

Modèle Nombre de baies cpu/ram Prix
DJ 218J 2 arm 2c / 512 Mo 180€
DS 418J 4 arm 2c / 1Go 325€

DS1618+

6 Intel atom 4c / 4 Go 975€

DS3617X

12 Intel Xeon 4c / 16 Go 2300€

Comme vous le voyez, vous un particulier l’achat n’est possible que pour un très petit nombre de disques. Si vous êtes un « data hoarder », continuez à créer vos propres config, ça vous coûtera nettement moins cher 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.