cablegate : L’esprit de wikileaks est mort

Deux cents cinquante milles ! Et deux jours après l’annonce combien ont étés publiés ? Attendez je vérifie… 278. Whaou….C’est vraiment ce qu’on peut appeler du grand déballage.

Pire, si on en croit les journalistes du monde qui se sont exprimés lors d’un chat sur leur site (je met le met à disposition dans son intégralité ici), l’ensemble de ces informations ne seront jamais publiées. Car, je cite :

WikiLeaks ne publiera que les mémos sélectionnés par les cinq journaux.

Et encore, pas en intégralité. Les mémos publiés seront préalablement censurés ! Surtout, ne venez pas m’expliquer que c’est pour la sécurité de je sais pas qui. Il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » censure. Il y a LA censure, point. Et la censure, comme le filtrage du net, sont des mauvaises choses, sans exceptions. Censurer, on sait toujours comment ça commence. « Juste les noms des personnes… », mais on ne sait jamais comment ça finit. En plus des noms, il va falloir censurer les dates et les lieux. Et puis, ne prenons pas de risques, quelques phrases de plus qui décrivent les circonstances… Et puis ce détail qui n’intéressera personne et puis… STOP ! D’ailleurs c’est ce qui se produit déjà. Je cite encore :

Nous avons pris un soin particulier, avec nos collègues des autres journaux, à rayer les noms des gens dont la mention aurait pu les mettre en danger. Nous avons également rayé, dans les mémos mis en ligne, les indices qui permettraient de les identifier.

Les indices qui permettent de les identifier… Autrement dit probablement 95% du texte dans certains cas non ? Alors, comment en est on arrivé la ? Voila une question qui m’intéresse bien d’avantage que la confirmation que Sarko est « susceptible et autoritaire ».

Wikileaks

Tout avait pourtant bien commencé si on en croit ce portrait de Julian Assange. Il ne fait aucun doute qu’il est à la base un véritable hackeur, avec toute l’éthique et l’idéologie que cela implique, Notamment l’idée que « Information want to be free« . Raison pour laquelle il a du concevoir Wikileaks au départ. Une bonne et grande idée.

Alors pourquoi se retrouve t-on aujourd’hui avec un site qui livre un millième des informations dont il dispose !? Pressions ? Ras le bol ? Sentiment d’insécurité ? (a force d’être menacé de mort, ça peut se comprendre hein…) Bref, il est évident que je ne me permettrait pas de juger le personnage. J’ignore tout de sa vie, mais je devine qu’elle n’est pas simple. Il aura au moins eu l’immense mérite de lancer le concept. Il n’y a plus qu’a le reprendre, pour ré-construire ce qui a été.

Et vous savez quoi ? Il semble que ce soit déjà en cours. Je rappel que techniquement, nous avons tous les outils à notre disposition pour publier anonymement de l’information, que ce combat pour la liberté d’expression est déjà gagné. Il ne reste plus qu’un peu d’organisation à mettre autour.

Le problème n’est pas l’information

La technologie a bouleversé l’ordre du monde. Les citoyens ont maintenant la possibilité de contrôler les faits et geste de leur dirigeants. L’immense problème qui reste à résoudre et… Que faisons nous de ces informations !?

Parce que des trucs vraiment scandaleux, on en apprend tous les jours. Des trucs de ce genre, montrent clairement qu’il y a des balles qui se perdent. Et ? Il ne se passera rien. Le responsable de cette horreur sera augmenté l’année prochaine, comme tout ses petits collègues qui votent à droite. Les gens qui ont eu la malchance de naitre sans rien, dans un pays qui ne peut pas leur donner de travail continueront à crever (ici ou ailleurs), et tout ira « pour le mieux » dans le « meilleur des mondes ».

3 commentaires

  1. Ping : Wikileaks : Récapitulons – ATDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.