Shadowrun Returns : Le verdict

C’est finalement hier soir que nous avons enfin pu retrouver Seattle en 2054. Après presque trois heures de jeu (dont une petite demi heure consacrée à la création du personnage), je pense pouvoir donner mon avis sur ce titre que j’attendais avec impatience.

Lancement du jeu, création du personnage

Après téléchargement du jeu (moins de 800 Mo) les impressions au lancement sont plutôt bonnes. Trois niveaux de difficultés sont proposés : normal, difficile et réaliste. Ayant lu certaines critiques sur la trop grande facilité du jeu, je choisit « Réaliste ». Heureusement, car je ne peux que confirmer le très faible niveau de difficulté des combats. J’espère que ça se compliquera un peu par la suite, parce que pour le moment c’est une vrai promenade de santé pour « Angel ». La bonne nouvelle est qu’il est possible de créer son personnage de A à Z, sans tenir compte des archétypes proposés et donc de répartir ses points comme bon vous semble. Voila ce que ça donne dans mon cas :

shadowrun_return_perso.jpg

Une elfe netrunner (pardon, « decker ») débutante, rapide et plutôt douée avec les armes à feu. Notez que l’amélioration de ses compétences coûte autant de points de karma que de monter ses attributs. Mais il faut bien faire évoluer les deux car le niveau de chaque compétence est limité par le niveau de l’attribut associé. De plus, les avantages et capacités spéciales débloquées en montant le niveau des compétences semblent vraiment valoir le coup…

Ambiance

Tous ceux qui ont déjà joué au jeu de rôle (vivement conseillé…) ne seront pas dépaysé. Pour les autres, le choc sera un peu rude. Le vocabulaire utilisé (un mélange d’anglais, d’argo « shadowrunique » et de japonais respecte précisément l’univers décrit dans le JDR papier. Les nouveaux venus eux, n’auront pour les aider que le petit lexique suivant :

shadowrun_return_voc.jpg

Une traduction française devrait arriver en même temps que la version linux promise, mais aucune date officielle n’a encore été donnée. J’espère vivement que cette traduction sera fidèle, et qu’elle ne concernera que l’anglais pure souche. Si les expressions japonaises ou l’argo du jeu était également traduit, l’ambiance en pâtirai grandement. Bref, l’ambiance respecte parfaitement l’univers du JDR Papier. Une vraie réussite.

L’impression de jouer à un JDR papier.

Les mécaniques du jeu participent également à renforcer cette impression de jouer à un JDR papier. Le jeu est en effet découpé en mini chapitre. Chacun de ces chapitres se déroule dans un lieu précis, et commence par un texte qui rappel ce que l’on fait la, qui décrit assez précisément ce que l’on voit, l’ambiance du lieu etc. Exactement comme le ferait un un bon MJ avant que les joueurs ne prennent les commandes. Qui dit bon MJ, dit scénario en béton armé. Et pour le moment c’est le cas. L’histoire à elle seule est suffisamment intéressante pour justifier l’achat du jeu. En fait, le scénario sera probablement ce qui vous scotchera à votre écran, bien plus que les phases de combats dont on va aussi parler un peu…

Les combats

Facile à appréhender, ils sont très similaires à ceux du nouvel XCOM, en un peu moins « nerveux ». Et en beaucoup moins mortels. Ce qui se justifie peut être par l’impossibilité totale de sauvegarder (que l’on soit en plein combat ou pas). Les sauvegardes sont réalisées automatiquement, et uniquement entre chaque mini chapitre. (environ 15 minutes de jeu d’après les développeurs). Personnellement ce point ne me dérange pas particulièrement, au contraire même. Cela remet un peu de tension dans des combats qui sans cela en manquerait cruellement.

Comme sur XCOM, les munitions sont illimitées (mais on doit toujours recharger son arme de temps en temps). Les possibilités sont en revanche plus nombreuses, tout simplement grâce au nombre de compétences possibles (sortilèges, invocation shamanique, capacités d’adeptes, piratage informatique, contrôle de drones etc). J’ignore si la cybernétique offrira à Angel de nouvelles compétences ou si cela augmentera simplement ses attributs, mais tout est prévu de coté la aussi :

shadowrun_return_cyber.jpg

Conclusion

Une histoire passionnante, un personnage que l’on peut customiser comme on le souhaite et auquel on s’attache donc rapidement. Quelques défauts (un jeu très linéaire, une gestion de l’inventaire trop limitée, un aspect tactique faiblard et des combats trop faciles) mais rien de suffisamment gênant pour décrocher de son PC une fois que l’on à commencé. Je rappel que ce jeu coûte moins de 20€ (je l’avais eu à 17 en pré-commande).

Je comprend parfaitement ceux qui préféreront attendre une version française (jouer sans comprendre le scénario serait criminel !). Pour les autres, les amoureux de Fallout 1 et 2, ceux qui attendaient un vrai JDR avec un scénario de ouf et des combats au tour par tour, foncez.

Cadeau bonus

Une dernière capture qui présente le fonctionnement de l’interface. Enjoy 🙂

shadowrun_return_interface.jpg

EDIT : Le jeu est maintenant disponible en Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.